Vigneronne dans le bordelais

Monique Bonnet and bird

Monique Bonnet, de formation paramédicale dans le domaine de la nutrition, a très rapidement modifié son parcours professionnel en prenant la direction du Château Suau a l’âge de 25 ans. Au commencement, aidée par son père, elle a progressivement appris ce métier complexe qui présente 3 facettes distinctes : la production du raisin, l’élaboration de vin et la commercialisation de la production.

«En investissant régulièrement tant au niveau du vignoble que des installations vinicoles pour l’amélioration constante de la qualité des vins produits, j’ai ainsi promu cette propriété au meilleur rang de son appellation, distribué les vins du Château Suau dans de nombreux pays et ennobli ce domaine d’une belle notoriété : c’est aujourd’hui une grande satisfaction.»

Histoire de Terra Laura

laura semeria

Laura était une de ces femmes d’affaires qui voyageait à travers le monde pour une société alimentaire internationale. Elle attendait son deuxième enfant pensant que le premier n’avait pas eu beaucoup de temps pour voir sa mère.  Il parlerait portugais (la nounou était brésilienne) ou français (il vivait en Suisse), avant l’italien (sa langue maternelle). Était-ce le baby blues, une crise existentielle, l’effet du décalage horaire ou une révélation de sa passion pour le vin, elle décida qu’elle allait devenir vigneron ! Elle avait l’histoire pour : Laura grandit à Imperia (Italie). Depuis 3 générations sa famille fabriquait de l’huile d’olive. Elle avait étudié la nutrition à Milan et avait commencé une carrière dans l’agroalimentaire. Grâce à des contacts quotidiens avec des chefs de la gastronomie italienne, elle éduqua son palais. Elle pris des cours du soir et devint sommelière. Puis elle bougea en Suisse pour rejoindre son mari français et obtint un travail à l’international dans l’agroalimentaire. Cela pris moins d’un an à Laura pour réaliser son rêve. D’abord elle établit les principaux critères pour sélectionner la propriété désirée : une grande qualité de vins AOC dans une région réputée, une équipe professionnelle d’experts, un potentiel de développement des ventes et un budget d’acquisition au niveau de ses économies ! Enceinte, Laura passait son temps libre à voyager en France et en Italie, visitant des domaines, goûtant des vins, rencontrant des gens et montant des business plans. À la fin de 2006, sa détermination fut récompensée. Laura tomba amoureuse du Domaine de Montcy. Non seulement, elle s’identifia à son vin, mais elle se sentit aussi chez elle dans cette magnifique région de la vallée de la Loire. Elle établit une excellente relation avec le propriétaire et son équipe et le domaine était également prêt se convertir à la culture biologique. Enfin, se situant à Cheverny (996 habitants et 28 châteaux), le Domaine bénéficiait d’un fort potentiel pour développer l’Oenotourisme. La prochaine étape pour Laura fut de convaincre les banques de suivre son projet, de trouver une maison et de déménager la famille. La vente fut signée le 7 septembre 2007 et  Laura commença ses premières vendanges 5 jours plus tard. TERRA LAURA était né !