Un peu de culture sur le rosé !

photo-nuancier-web2

Au cœur du printemps, intéressons nous au rosé !

Contrairement à certaines légendes, le vin rosé n’est pas issu du mélange de vin blanc et de vin rouge. Le vin rosé demande beaucoup de savoir-faire pour son élaboration. On  compte trois types de rosés :

Le rosé de macération : Ce type de rosé est élaboré à partir d’une vendange de raisins noirs mise en cuve jusqu’à 24 heures avant le début de fermentation afin que les baies libèrent la pulpe, la peau, les pépins et le jus de raisin. Durant cette courte période de cuvaison, les pigments et les arômes contenus dans la pellicule du raisin imprègnent le jus et le teinte au point de donner sa couleur au rosé. On presse alors le moût pour séparer la partie solide (peau, pépin) du jus que l’on met seul à fermenter à basse température (18 à 20°C) pour préserver au maximum les arômes.

Le rosé de pressurage : Cette technique consiste à presser directement les grappes entières ou éraflées, juste après la vendange. Une fois le jus récolté, il est mis en cuve et la fermentation débute. Dans ce cas, le rosé possède une robe plus claire, de couleur saumon, que le rosé de macération.

Le rosé de saignée : Le rosé de saigné est obtenu à partir d’une vendange mise en cuve, comme pour le rosé de macération, mais destinée à produire du vin rouge. Après quelques heures de macération, on libère une partie du jus contenu dans la cuve et qui a déjà pris une teinte rosée, pour le vinifier à part. Le reste de la vendange est quant à lui laissé dans le cuve initiale afin de produire du vin rouge.

 

Le vin rouge serait efficace contre les kilos en trop !

woman_and_wine

Une étude parue en 2010, issue du Brigham and Women’s Hospital de Boston aux Etats-Unis, affirme que la consommation régulière et modérée d’alcool permettrait de garder la ligne.

Les chercheurs ont suivi pendant 13 ans plus de 19 000 Américaines pour en arriver à ces conclusions très surprenantes : les femmes consommant deux verres par jours ont 30 % de risques en moins d’être en surpoids et 70 % de risques en moins d’être obèses par rapport aux non-buveuses.

L’étude montre aussi que parmi les alcools, le vin rouge serait le plus efficace contre la prise de poids. Bien entendu, à aucun moment il n’est préconisé une consommation régulière d’alcool, ses effets sur la santé peuvent être bien plus nocifs qu’une simple prise de poids.

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. A consommer avec modération.

Les femmes préfèrent le rouge

_RAW1561

L’opinion voudrait que les femmes soient des adeptes du vin blanc… Eh bien, une enquête initiée par Vinexpo en 2009 est venue contredire cette idée reçue. En effet, le célèbre salon bordelais a lancé un sondage à l’attention de la gent féminine à travers plusieurs magazines en ligne au Royaume-Uni, en Allemagne, en France, aux Etats-Unis et au Japon.

En France, 2/3 des femmes ayant répondu à l’enquête ont déclaré préférer le vin rouge (soit 66 %). Sur l’ensemble des pays, le vin rouge représente 60 % de la consommation des femmes, et ce chiffre atteint 78,6 % aux Etats-Unis.

Château Flotis : de la terre à la table

Cathy, Katia et Myriam, toutes 3 vigneronnes ont repris le domaine du château Flotis qui est situé au nord de Toulouse. Elles ont pour philosophie la recherche permanente de la qualité et de la fidélité à la nature.

C34 Vignerons 2014.08

Une de leur cuvée, la Jeanne,  annonce de belles soirées entre amis, un vin pour les copains qui viennent à l’improviste … et les mains vides !
En écho aux dessins de Jeanne Lacombe qui a peint les étiquettes, c’est un vin qui fleure bon le printemps, un vin flatteur aux arômes de fruits rouges et au nez rafraichissant. Sa bouche gourmande aux notes de violette en fait le vin toulousain par excellence.
A ouvrir et boire sans modération (enfin presque) tout au long de l’année !